LE LYCEE DE GALATASARAY DE LA PROCLAMATION DE LA REPUBLIQUE A NOS JOURS

       Même si de nombreux élèves du Lycée, partis volontaires sur le front de la guerre d'Indépendance ne reviennent pas, la victoire nationale rencontre là, comme partout ailleurs, l'enthousiasme. A partir de la République, le Lycée, dorénavant dénommé : " Lycée de Galatasaray ", devient une des composantes du système éducatif moderne mis en place par le nouveau régime.Alors que, pour assurer l' enseignement de type unique défini dans la loi " Tevhid-I Tedrisat " ( loi sur l'unification de l'enseignement), les écoles maternelles et les écoles religieuses, qu'elles soient musulmanes (" medrese ") ou des minorités religieuses du pays, sont fermées, le Lycée de Galatasaray, grâce à une tradition laïque ininterrompue depuis 1868, continue à exister avec quelques changements. Ainsi l'obligation de parler français pendant les récréations est levée, et les cours de culture générale sont dispensés en turc.Si Atatürk, dont on sait quelle attention il accordait à l'éducation, rend visite au Lycée par deux fois, soulignant ainsi son importance, il ne faut pas oublier non plus que la plupart des députés de son entourage, sont diplômés de Galatasaray. 

       Le Lycée de Galatasaray, adoptant en 1967 le système de la mixité, que toute éducation moderne énonce, se trouve devancer ainsi des écoles , elles aussi enracinées dans la tradition, mais qui ont conservé jusqu'à un passé récent une attitude conservatrice dans ce domaine. En 1968, à l'occasion de la célébration du centième anniversaire de la fondation de l'établissment, le général De Gaulle rend visite au lycée. En 1975, le Lycée, qui dépend de l'Education Nationale, passe sous le statut de " lycée anatolien " et le cycle d'études est ramené à huit ans. Enfin, en 1992, avec le protocole signé par les deux présidents, François Mitterrand et Turgut Özal, prend naissance l'Etablissement d'Enseignement Intégré de Galatasaray, ou E.E.I.G, qui comprend, à côté du noyau historique que constitue le lycée, une école primaire, résurgence de celle qui avait été fermée en 1969, et une université, création nouvelle.