GALATASARAY : DE L’ECOLE DU PALAIS A L’UNIVERSITE 1481 – 1992

La première institution éducative de Galatasaray, connue sous le nom d’ « Ecole Impériale de Galata Saray » ( « Galata Saray –I Humayun Mektebi ») avait pour mission d’instruire et former les cadres destinés à l’administration du Palais (« enderun »). A cette époque, l’« enderun », ou école du Palais, était un vaste complexe édifié dans les jardins du Palais et comprenant les différentes composantes nécessaires à la vie quotidienne des sultans ottomans : unités d’enseignement, bibliothèque, salle du trésor. 

Les personnes attachées à cette école, parfaitement instruites dans les divers domaines pour renseigner les personnages importants de l’administration ottomane, au premier rang desquels le Sultan lui-même, reçurent leur formation, de 1481 à 1715, à l’école impériale de Galatasaray. 

Selon ce que raconte Evliya Çelebi, le sultan Beyazit II, un jour d’hiver qu’il était à la chasse sur les collines de Galata, aperçut, dans un grand jardin parfaitement entretenu, une cabane délabrée. Le propriétaire de cette masure, du nom de Gül Baba, lui ayant fait les honneurs de son jardin, le sultan voulut le récompenser et, sur le désir exprimé par celui-ci, fit édifier à cet endroit une école et un hospice (« darülşifa »). 

La légende veut donc que l’école ait été fondée suite à ce voeu, soit ! Toutefois, nous savons que le Sultan Fatih, conquérant d’Istanbul, dans le but de fonder un état durable dans cette ville où la culture antique était encore si présente, comme l’avait fait pendant un millier d’années l’empire byzantin, étudiait les cultures antiques et lisait les ouvrages classiques qu’il faisait traduire abondamment. Parmi ceux-ci avait une place de choix « La République » de Platon, qui assigne aux seuls philosophes la tâche de gouverner la Cité. Or, dans ces années pendant lesquelles montait le pouvoir des Ottomans, comment éduquer les philosophes qui gouverneraient l’Etat ? Il existait bien une école du Palais, mais encore fallait-il que les jeunes gens qui y seraient admis aient déjà reçu ailleurs une éducation élémentaire . C’est dans cet esprit que Beyazit II, réalisant l’idéal de son père, Mehmet le Conquérant , par la création de l’ « Ecole de Galatasaray » (« Galata Sarayı Ocağı ») apporta une contribution essentielle au système éducatif du Palais. 

En 1675, à la suite d’une sédition, les plus doués parmi les jeunes gens de l’école ( « içoğlan ») furent envoyés au Palais et les autres furent distribués dans différentes unités de cavalerie ; l’école resta fermée pendant dix ans. Réouverte après cette date, elle se chargea à nouveau de l’éducation des jeunes gens destinés au Palais. Après 1820, l’établissement fut transformé en école de médecine et en quartier militaire. 

Dans les décennies suivantes, accroissant son rôle, l’école devint le symbole des réformes du Tanzimat, parallèles à l’occidentalisation recherchée par l’Empire Ottoman. En effet, le besoin se faisait sentir d’un établissement où loger les programmes d’éducation occidentaux, différents de l’éducation traditionnelle, afin de former les cadres qui mettraient en pratique les réformes dans les domaines juridique, politique et social. Dans ce but, le 1er septembre 1868, au cours d’une cérémonie à laquelle participait le sultan lui-même, Abdülaziz, le vieil établissement reprenait vie sous le nom de Lycée Impérial Ottoman (« Mekteb-i Sultani » ). Grâce aux efforts déployés par Cemil Paşa, alors ambassadeur turc à Paris, et Fuad Paşa, Ministre des Affaires étrangères, l’établissement dispensait un enseignement équivalent, pour les contenus et la qualité, à celui des lycées français. A côté des élèves musulmans, prenaient place également des élèves catholiques, orthodoxes et juifs. Les élèves pouvaient intégrer l’école de 9 à 12 ans, et selon leur niveau de langue en français ou en turc, étaient versés dans les classes préparatoires.En 1908, sous l’impulsion de Tevfik Fikret, alors directeur, la durée de chacun des cycles d’enseignement : primaire, collège, lycée est portée à trois ans, soit un cycle complet d’enseignement de 9 ans. Par ailleurs, des cours optionnels de persan, arabe, italien, latin, grec, arménien et allemand sont institués, à côté de leçons de piano et de violon. 

A partir de 1924, l’établissement , dorénavant appelé « Lycée de Galatasaray », dispense un enseignement en accord avec les principes de la République. L’obligation de parler français pendant les récréations est levée, et les cours de culture générale sont donnés en turc.En 1967, les premières filles sont acceptées dans le lycée, et reçoivent les cours dans les bâtiments d’Ortaköy (« Feriye Sarayları »), alloués à Galatasaray par Atatürk au début des années trente. En 1968, à l’occasion des cérémonies marquant le centième anniversaire de la fondation du Lycée Impérial, Charles de Gaulle, alors président de la République française, visite le lycée.En 1975, l’établissement entre dans la catégorie des lycées dits « anatoliens », avec un cycle complet d’enseignement de 8 ans. Enfin, le 14 avril 1992, par le protocole signé entre François Mitterrand, président de la République Française, et Turgut Özal, huitième président de la République de Turquie, prend naissance l’« Etablissement d"Enseignement Intégré de Galatasaray » ( E.E.I.G, en turc G.E.Ö.K), qui réunit l’école primaire, le lycée et l’université.